Le parcours entrepreneurial de Tina Lobondi.

De l'idée à la réalisation, la fondatrice d'Esimbi magazine Tina Lobondi, revient sur son aventure entrepreneuriale.


Après tes études, tu décides de t’installer à Londres. Tu vas y rester 12 ans, raconte nous un peu ton parcours professionnel dans cette grande ville. 


J’ai d'abord travaillé dans des boutiques de luxe en tant qu'intérimaire, car j’étais étudiante en même temps. C’est ce qui m’a permis de payer mon loyer. À la fin de mes études j’ai laissé tomber les boutiques car je ne me voyais pas du tout y travailler. C’est à ce moment que j’ai décidé de créer ma propre marque “Tina Lobondi”. J’ai dû travailler très dure, notamment pour sortir ma première collection. J’ai habillé certaines célébrités anglaises, et par la suite avec la presse que j’ai eu, de nouvelles opportunités se sont présentées : des déplacements en Afrique du Sud ou encore à Dubaï où j’ai pu faire des défilés et vendre mes produits à l’international. 



Tu es la fondatrice d’Esimbi, un magazine qui parle du travail, de l’éducation, des métiers de l’art et de l’entrepreneuriat. Comment le projet est-il né ?


Avec mon association Essimbi nous sommes partis au Congo pour faire un séminaire aux étudiants de l’ISAM une école de mode. Au départ c’était un séminaire prévu pour 200 étudiants et au final ils étaient plus de 600. Pour la première fois de ma vie, j’ai réalisé l’impact que nous pouvions avoir face à un jeune public. Chaque mot est important et c’est pour cette raison que j’ai changé mon speech. J’ai décidé de les analyser au lieu de leur donner des conseils. À la fin de la journée, je me suis rendu compte que je n’habitais pas dans le pays et que je ne partageais pas les mêmes problématiques qu’eux. Je voulais simplement parler de mon expérience en essayant de comprendre la leur. Et c’est ce que nous avons fait en leur proposant des jeux pour savoir ce qu’ils connaissaient des métiers de la mode. Nous avons constaté que ces jeunes n’avaient pas d’exemples africains à suivre. Au départ, notre but était de faire un livre avec des exemples de réussites congolaises (entrepreneur, businessman et business women). Nous avons fait une première édition avec en couverture 5 ou 6 congolais que j’avais sélectionné, moi-même incluse. Et ça avait bien fonctionné. Et c’est en interviewant des personnes que j’en ai rencontré d’autre. Puis je me suis dit que l’on ne pouvait pas s'arrêter là car il y a de nombreux Africains qui font des choses encore plus extraordinaires. Nous avons donc continué et aujourd’hui nous préparons la neuvième édition.



L’entourage est très important c’est pour cela qu’il faut bien le choisir.

En tant qu’entrepreneuse qu’est-ce qui a été le plus difficile pour toi et quel(s) conseil(s) donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriale ?


Chaque année ma réponse change, mais aujourd'hui  je dirai qu’il faut être patient. Je suis de nature impatiente et têtu, d’ailleurs les choix que j’ai fait auparavant ont été fait sous le coup de l’impulsivité. J’avais conscience de mes compétences mais pas de la personne que j’étais. Et c’est vrai qu’après 10 ans de travail acharné j’ai dû m’arrêter car c’était beaucoup trop. J’étais à un point de ma vie où je devais choisir quelle direction prendre. J’avais passé beaucoup de temps à aider les autres. J’ai beaucoup appris. L’impatience ça coûte (rires) ! L’entourage est très important c’est pour cela qu’il faut bien le choisir. C’est ce que je répète à tout le monde car la chose la plus importante que l’on a dans notre vie, c’est le temps. Comment l'utilisons nous ce temps, avec qui le partageons nous, qui faisons nous rentrer dans nos vies… Tous ces points sont importants. Pourtant nous avons tendance à les négliger et surtout avec les réseaux sociaux, nous pensons avoir des amis par ci par là… Si vous voulez avancer il faut avoir des gens autour de vous qui partagent la même vision et qui ont le même but que vous. Il faut aussi s’entourer de personnes qui ont les compétences requises pour pouvoir avancer.

  • Facebook
  • Instagram
  • Twitter
  • Noir LinkedIn Icône

Inscrivez-vous à notre newsletter

station Aubervilliers Pantin quatre chemins

Bus152 : Fort d'Aubervilliers

Station vélib disponible

accessible par la N2

131-135 avenue Jean Jaurès 

93300 Aubervilliers

"Forum Aubervilliers"

hello@kazihouse.com 

Horaires :

Lundi - Samedi 

9h à 19h* 

Mentions Légales

#LetsCreateTogether